La libellule bleue de notre désir

.

Jamais nous ne savons 

si

par mégarde

nous ne risquons de nous déprendre.

Nous ne savons jamais

le sable est si fuyant !

et nos pas si incertains…

.

Nous craignons sans cesse de nous perdre

et c’est au moment exact ou nous pensons que l’onde nous éloigne

qu’un courant protecteur nous réunit.

.

Nous flottons mon amour

nous nous laissons porter par le courant léger

et ‘il n’y a rien d’autre à faire

…….

rien d’autre à attendre que le rai de lumière sur la vieille vigne

Uettliberg

lumière si forte

si forte si tendre si fugace 

.

rien d’autre à adorer que le vol

fulgurant

de la libellule bleue

et

tu le sais bien

toi qui regardes les traces dans le ciel,

puisque tout se fond, se mêle, s’efface,

nous ne sommes certains que de la chaleur de nos mains

de la douceur de nos peaux

et de notre désir intact.

*-*

Advertisements