Meriem

Huile sur toile – Marie Bötschi

ami de l’autre côté de l’eau

si un jour

ma constance devenait lourde

dis-le moi toi qui ne dis plus rien

dis-le moi simplement

avec les mots de pain, d’eau et de vin

dis-le moi

je cesserais de regarder ou le soleil se couche

mais garderais

jalousement

le sillage,le rythme de tes mots,

et l’odeur du jasmin.

Advertisements