vague noire

Ma fille,

mon enfant incontrôlable et fragile

ma brillante, ma savante

se perd.

Je ne peux rien que répéter les même mots,

de confiance

d’amour

mais.

………..

……

inutiles paroles quand le vent souffle fort

et que la vague impérieuse et funeste l’entraine vers le large.

Mon enfant, ma princesse

je suis triste

triste à pleurer

et incapable d’aider.

Ce soir

elle n’est  qu’un reflet lointain

qu’un pâle écho…

 

et sa peur et son angoisse sont dans mon lit.

Advertisements