Le volcan Lonquimay – Chili –

DSCN0634

D’abord

c’est du sable noir,

meuble et lourd.

les pas se font pesants avant même de s’élancer

.

Puis il y a la cendre

la maudite

impalpable étouffante

.

c’est un pari

une gageure

un défi

.

DSCN0554Puis

les scories

les plantes rares

les pierres de laves noires et ces éclats de feu

qui murmurent

“avance, avance

c’est au-delà de nous que tu trouveras..”

.

Alors continuer

oui

sans hésitations

obstinée, ébêtée

DSCN0590

oui

les yeux brûlants

le souffle court

les idées restreintes

“avancer, avancer”

puisque rien d’autre n’a d’importance

DSCN0605ne restent que quelques mètres………

envie de pleurer

d’abandonner

et ce hurlement

“jamais, jamais”

.

“jamais”

voilà,

c’est le sommet

il n’y a rien

rien de plus

que ce cratère vide

et le bonheur immense

DSCN0594

Ushuaïa

Au delà

il n’y a plus que les arbres, la mer froide et la montagne

au delà

il n’y a rien

que l’absolu

IMG_9586

Ushuaïa

au nom trompeur,

refuge  fragile avant la forêt, les marais, les glaciers,

tremplin du bout du monde,

miroir intime,

je te garde gravée au creux de mon poignet.

DSCN0080

Tu n’es ni l’escale, ni le but,

tu es ce bout du monde que l’on porte en silence,

 porte ouverte sur l’aride et mythique  Terre de Feu.

IMG_9592

Ushuaïa ville-rêve,

australe comme aucune

définitivement tournée vers l’absence.

La nuit,

je parcours tes ruelles,

je plane au-dessus de tes eaux

et  me noie dans ton canal sublime.

IMG_9608

 

Tierra de fuego

Partir à l’automne triomphant

avant que la lumière ne baisse

Prendre grand élan pour aller bien loin

là ou, dit-on,

s’étale la ville la plus au sud de la planète.

Ushuaïa, ville mythique de mon désir.

Partir loin de ces promenades d’or

ou   mon homme étoile tient ma main.

 

Je vais au pays des glaciers, des volcans, des pingouins, des détroits au nom fabuleux.

Je vais je vole 

et déjà,

mon âme saigne de son absence.

Je reviens dans trois bonnes semaines.

A très bientôt

Patagonia

Il y a des rêves que l’on n’a jamais eu, mais que les autres ont eu pour vous, et que l’on s’approprie 

Il y a des noms tellement puissants

Cap Horn

Ushuaïa…….

Buenos Aires…….

qu’ils vous réveillent la nuit.

M.B Encres

Et ces rêves coûtent chers

quand

ils sont plus forts que les serments.

Mon homme nuage

 à ce rêve étranger….

Je partirais là-bas, bientôt,

et je te perdrais, je le sais.

Je suis à terre,

éparpillée,blessée de ces éclats de cristal brisé.

M.Bötschi – Techniques mixtes

Sois libre, sois fort  mon bel amour

éloigne-toi 

je ne saurais te donner

je ne le pourrais pas,

empêtrée dans d’infinies contradictions,

 en partance,

instable.

  0h toi mon homme étoile à jamais