Sable mouvant

Je te croyais mon amour
Et éternel aussi
Sans doute

Quel vent t’emporta ?

Quelle tourmente ?

Et ou es-tu maintenant dans ce décor hostile ?

J’ai perdu pied et me noie depuis que tu n’es plus là

20140823-232140.jpg

Advertisements

Passionnément

A quadriller le vent

nous nous essoufflerons peut-être,

de rives en rives,

mains qui frôlent

regards usés et assurés pourtant

 car,

malgré la houle

et les vents mauvais

il y a dans le ciel des lignes qui nous rassemblent

IMG_1254

et des fleurs tendres pour adoucir nos pas

bleues si bleues

trop bleues

des fleurs qui

apaisent

et  se moquent

des lassitudes

IMG_7230

des  ondes d’or

chaudes et murmurantes

pour nous redire encore

…….

je reste près de toi

IMG_2407

alors ,

par delà les lourdeurs

les ennuis

les  erreurs

…un rêve frêle,

un souffle,

un rien

nous lient

passionnément

 

au bord du Rhin

IMG_7242

c’est une frontière

un fleuve tendre

et bleu et vert

qui vibre et se donne

chargé d’absences

et de silences ..

il y a tant et tant de lourdes attentes

des histoires sans fond

fardées de douleurs 

au bord du Rhin

IMG_7143

tu marches

je te suis

crissement doux

et nous oublions,

secondes précieuses,

les passeurs

les exilés

tous les fugitifs, les désespérés

et nous glissons

ivres de reflets qui dansent qui dansent

IMG_7131

 

DCD-JC

 

IMG_0718

 

 

oh, si triste nouvelle..

 

nous nous étions,
par blogs rencontrés,
tu étais de ma ville,
celle ou je suis née

cette ville ou je ne suis plus

nous nous sommes rencontrés.

c’était la nuit.

nous avons marché dans les rues , le long du canal,

nous avons bavardé et bavardé encore en grillant des cigarettes.

tu étais si jeune, et j’étais charmée.

tu étais drôle et riche de vie. ce fut une vraie rencontre.

aprés, nous n’avons cessé

de nous tenir

du coin de l’oeil…

tu étais toujours là pour soutenir mes errances

j’étais là pour sourire de tes bons mots et m’émerveiller de ta poésie

 
je peux dire que nous étions amis

 
tu me manques déjà J-C, cher Jean-Claude

adieu mon ami. te trouver a été un bonheur

 

https://jcmian.wordpress.com/2014/06/12/jc-nous-a-quittes/

sacerdoce

Ma fragile ,

ma petite, ma blonde blonde,

je te porte en moi

à bout de bras,

à bras le corps….

et tu es lourde

parfois insupportable,

et je te portes quand même

par-delà les efforts inutiles

bien loin devant toutes nos attentes

je te porte

passionnément

désespérément

dans la joie et l’ignorance

je te porterais longtemps encore

ma petite femme

blonde blonde

Marie Bötschi - Techniques mixtes sur toile

2014

Entre terre et eau

entre deux eaux

un peu d’ici, un peu d’ailleurs,

tenter d’aborder sereinement aux rives de cette nouvelle année

qui

déjà

prends des allures de croisière

et file file file…

aura-t-elle assez de jours, d’heures, de secondes ?

les temps sont comptés

et galopent galopent galopent

les rêves

les attentes

les projets

20140112-212447.jpg

Amants d’automne

Saison douce d’attentes incertaines

jours tendres

vides et pleins

voyages

agitations

rencontres furtives…

nos heures sont faites de ça,

de ce rythme échevelé !

Si proches et cependant séparés,

nous naviguons..

paisibles et acharnés,

curieux de l’autre

attentifs,

aimants,

amants

 à jamais solitaires

dans l’éblouissement de notre soleil d’automne

20131120-182336.jpg

Fragilité

L'Alhambra Granada

De

contradictions pétrie,

habitant une maison prison aux fenêtres grandes ouvertes ,

bercée de rêves humbles et grandioses

à jamais fragile

je ne choisi ni ne désire

je marche

et tente encore et encore d’aimer ce chemin

lumineux

âpre et désespéré

les yeux vides

IMG_6490

constamment éblouis par la trop grande clarté

je ne choisis pas

je garde 

je garde tous les possibles

Agir autrement serait abandon….

IMG_6484

….ou chemin libéré

Une rivière

C’est à l’aube fraiche

que j’irais à la rivière

IMG_5622

pour laver les chagrins et les malentendus

….

à la rivière  tendre de rosée

aux berges fleuries de colchiques

IMG_5686

j”irai seule

lévitante et apaisée

heureuse sans doute,

heureuse de cette lumière

de cette improbable fraicheur tendre

de ces couleurs, de ces reflets

j’irais

j’allais

emplie de rumeurs, de frôlements, de miroitements,

bonheur intense et fugace

IMG_5682puisque tout passe et s’efface

puisque seule demeure

cette fragile pensée

….être vivante, être vivante encore  aujourd’hui

IMG_5722