“Même sans toi”

 

Sans toi

je partirais demain au pays des nahuals

j’en rêve depuis si longtemps.

long long voyage 

.

Il y a plus de 30 ans maintenant que j’entendais

pour la première fois

parler du Popol Vuh, le livre sacré des Mayas.

tout était en suspens, tout était calme et silencieux; tout était immobile et sans mouvement, et l’étendue du ciel était vide… Rien n’était debout; il n’y avait que de l’eau calme, la sérénité de l’océan, seul et tranquille… Puis vint le mot. Tepeu et Gucumatz s’entretinrent: ils parlèrent, discutèrent et délibérèrent; ils tombèrent d’accord et unirent leurs mots et leurs pensées.

Mythologie si lointaine et soeur cependant.

Demain

je vole vers  Gucumatz

serpent à plume mythique

et vais,

heureuse,

à la rencontre des “Hommes de maïs” de Miguel Angel Asturias.

Sans toi mon homme étoile

sans toi……

images DSCN5628

Advertisements