Les chemins de bruyères

J’ai marché longtemps

sur les chemins  qui  ne mènent nulle part

lumineuses sentes des  pointes bretonnes,

Tu n’y étais pas mon coeur

tu ne savourais pas

comme moi

la solitude  immense

et le bonheur troublant

IMG_8809

J’ai  respiré le temps arrêté

froissé les bruyères

trébuché sur les pierres acérées

tu n’y étais pas mon âme

et je  vibrais pleinement.

et je t’aimais pourtant

isolée 

et  à jamais en toi.

IMG_8847

Advertisements