si douces ……et armées jusqu’aux dents

Advertisements

Cultiver notre jardin

IMG_2734

Un jardin

un jardin à soi

c’est un peu comme un enfant,

on l’aide à grandir

IMG_2673

on s’inquiète quand il va mal

on se réjouit de ses succès,

on tremble de ses hésitations

IMG_2668

Il nous porte

nous importe.

C’est à lui que l’on pense

bien avant les meubles

bien avant le choses

lorsque nous sommes au loin

IMG_2721Un jardin

notre jardin

notre miroir

Édition princeps − « M. le Docteur Ralph » est un des nombreux pseudonymes de Voltaire

Un chemin

C’est un chemin de dunes,

de sables tendres

de brises douces et fières,

un chemin calculé

attendu, programmé

libre et inssaisissable

20130602-213421.jpg

le chemin – acrylique sur toile Marie B

C’est un chemin de vie

qui nous guide…que l’on porte

depuis longtemps

un chemin jamais renié

une voie d’eau

un soupir

un fil rouge et doré

.

C’est un

…demain peut-être…

c’est un

…si vous voulez…

un

.

.

.

.

…je sais et je veux 🙂

Inéluctablement

Les sentes de pluie

douces et fraiches

 mènent inlassablement vers la mer.

Gouttelettes ardentes

frémissantes d’un printemps à venir

peut-être

tracent le chemin

DSCN5168

Y aura-t-il demain

dis

y aura-t-il

un signe du ciel

un signe fébrile et  toutefois tangible ?

Un signe,

trois fois rien,

un  frémissement

un soupir

y aura-t-il demain ?

DSCN5130

Qu’importent les silences

le destin est écrit.

En Mai………

Un Mai

pour que les corps se réveillent

dans cette pénombre douce et claire

parce que c’est si bon d’être amoureux en Mai

parce qu’en Mai

lorsque la nature, sans effort, explose,

vient le temps des baisers, des caresses, des promesses,

qu’il est bien qu’il en soit ainsi

qu’il ne peut en être autrement

IMG_3436

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est en Mai que je t’aime le plus

que je t’aime à jamais….

et….

….même si c’est pas vrai…

     c’est en Mai que les corps se réveillent

    avides souples harmonieux.

fata morgana

peinture sur verre - Marie Bötschi

peinture sur verre - Marie Bötschi

Dans l’air clair du milieu du jour

légèreté du coeur,

un impalpable bonheur

….est là,

vibrant,

vivant

tellement vivant

Presque rien

venu on ne sait d’0u.

Il a traversé l’hiver,

bravé la froidure

il  s’impose à midi…….

il n’a rien du printemps

il n’existe surement pas

un souffle

une image

qui porte en elle la joie.

une illusion de chaleur