désormais

Désormais,

pour redresser ma nuque,

je demanderais aux arbres d’ici de m’aider.

.

A l’olivier,

de me donner sa solidité, sa verdeur bleutée qui traverse les âge.

IMG_9507

au figuier de me protéger

de me câliner de ses fruits et de son parfum que j’aime tant

IMG_9380

et à la vigne 

tordue et belle

je demanderais 

les grappes sucrées et le vin qui apaise

IMG_9496

Advertisements

départ

Demain,

je quitte le vert

la tendre émeraude

 

IMG_7207

je délaisse un moment les mystérieuses brumes

elles envelopperont les collines sans moi

 

IMG_7501

et je cours et je roule,

je m’élance sans retenue

vers l’ocre jaune, le doré,

et le bleu plus que bleu

du sud fondateur.

 

IMG_4597

A nouveau la maison d’ombres fraiches

la famille

les amis

et le rythme incomparable des jours de vacances

 

A très bientôt

je vous souhaite un bel été

en attendant demain…

Par gros temps,

la barque tangue et se balance

loin l’horizon

et demain se fait attendre..  

 

Affluent les souvenirs de musiques de chansons

repères dans le noir

incertitudes troubles et choyées.

IMG_2181   Nous nous sommes aimés

nous nous aimerons

nous nous aimons sans doute

 

vaines paroles jolies rengaines

et peu importe qui les cueille qui les protège………

 

  Je chéris d’abord

la solitude attentive des amours et des songes

qui charme et apaise

IMG_2163   J’observe ces secondes suspendues

inutile parcelles  dont je ne fais rien

heures dubitatives et rondes

lassitude heureuse…    

 

vienne le temps, vienne l’heure

ou je te rencontrerais

rêve profond verte vallée ………….

 

tu viendras du sud

ça je le sais

tu connaitras le basilic et le jasmin

et toutes les herbes de la montagne

tu sauras le nom des collines et celui du vent  

 

en attendant demain, je te respire          

Amazigh

Mémoire fragile et instable

de cet  autre temps berbère…

tant d’années au creux de la main

et demeurent pourtant les paroles amies

inscrites à jamais

de l’alliance immémorable.

Tu es mon autre,

du haut pays Kabyle,

modeste et fière,

Malika,

mon enfant, ma soeur.

IMG_0001

Sur un air de tango

Une fois n’est pas coutume,
envie,
juste comme ça,
de faire passer les paroles d’une chanson qui me touche.
.
Terre cuite Marie Bötschi
Modelage terre cuite Marie Bötschi.
.

de Yves Jamait

Dimanche (Caresse-moi):

“Le vois-tu venir mon amour
Ce dimanche avec sa gueule moche
Ce cancrelat qui tourne autour
De ce jour triste comme un son d’cloche
Oh temps suspends mes heures de vol
Et couvre mon coeur de patine
Quand la déprime me racole
Que ses maux de passe me chagrinent
Entends-tu la marche funèbre
De cette semaine qui crève
A cette détresse une trêve
Poser ma bouche sur tes lèvres
Caresse moi Caresse moi
J’ai le ventre gonflé de larmes
Ce soir la vie me rétame
Caresse moi Caresse moi
Caresse moi Caresse moi
Ne laisse pas ce jour vieillir
Sans poser avant qu’il n’expire
Tes mains sur moi Caresse moi
.
C’est un dimanche comme tant d’autres
Qui déjà me vide le coeur
Une petite bête noire se vautre
Impunément sur mes humeurs
J’ai la déprime à fleur de peau
Et l’automne dans les entrailles
Pas une bière placebo
Ne peut soigner ce qui m’entaille
Et toujours la marche funèbre
De cette semaine qui crève
A cette détresse une trêve
Poser ma bouche sur tes lèvres
.
Caresse moi Caresse moi
J’ai le ventre gonflé de larmes
Ce soir la vie me rétame
Caresse moi Caresse moi
Caresse moi Caresse moi
Ne laisse pas ce jour vieillir
Sans poser avant qu’il n’expire
Tes mains sur moi
Caresse moi
.
Et toujours la marche funèbre
De cette semaine qui crève
A cette détresse une trêve
Poser ma bouche sur tes lèvres
.
Caresse moi Caresse moi
J’ai le ventre gonflé de larmes
Ce soir la vie me rétame
Caresse moi Caresse moi
Caresse moi Caresse moi
Ne laisse pas ce jour vieillir
Sans poser avant qu’il n’expire
Tes mains sur moi.Caresse-moi”

Voilà,

alors,

avant que le temps ne nous perde

prolongeons la danse

un moment encore

….

IMG_4463

Viens,

là-bas entre les deux rives

là ou l’Europe et l’Asie s’apprivoisent,

et,

du café Pierre Loti

aux tables garnies de nappes rouges et blanches à carreaux

tout en haut du cimetière d’Eyup

nous laisserons nos regards frôler la Corne d’Or

sud

quand je pense

quand je dis ” le sud”

c’est une histoire vieille

c’est un grand père qui vient de là

c’est un accent

ce sont des toits, des crépis, des couleurs,

c’est un vent que je ne connais plus mais que je porte en moi.

Quand je pense le Sud

c’est cette maison de famille

ou les chemins d’Est et du Nord se rejoignent,

c’est cet endroit improbable

miséreux et luxueux

ou

l’espace de quelques semaines

je soigne le plus profond , le plus précieux des trésors que je transporte,

par delà collines et marais

Ce n’est rien…..

rien que des signes bien établis

des rituels

qui ressemblent un peu trop au bonheur.

C’est ma maison

c’est mon rocher..

Je vais la retrouver….j”y cours, j’y vole

IMG_1691

 

Je vous souhaite un bel été

Je passerai de-ci, de-là

à très bientôt

Chemins antiques

Euromos - Turquie

Les cris et les vivats,

les rires et les stupeurs

agitent encore la vieille oliveraie.

Les spectateurs ne sont plus,

pourtant,

sur les gradins usés leurs ombres s’agitent encore.

Priène - Turquie

Dérisoires et grandioses

les pierres écroulées

jeu de cube de géants fous

murmurent à tout jamais la beauté

la fragile grandeur

et la vie victorieuse.

Dans le soir qui s’avance

le tintamarre de centaines de grenouilles

s’impose, irréel,

dans ce décor d’eau et de pierre mêlées.

Milet - Turquie

Alors

rosissent les tamaris

et

sans un doute aucun

je touche le bonheur du bout des doigts

Milet