Sable mouvant

Je te croyais mon amour
Et éternel aussi
Sans doute

Quel vent t’emporta ?

Quelle tourmente ?

Et ou es-tu maintenant dans ce décor hostile ?

J’ai perdu pied et me noie depuis que tu n’es plus là

20140823-232140.jpg

21 thoughts on “Sable mouvant

  1. La douleur de l’absence …un mal latent qui nous habite …
    S’habituer à vivre avec …un défi de taille …mais faisable …
    Merci pour ce duo de la poétesse et de la peintre…Magnifique !!!

    Tendresse
    Manouchka


    • Du pont jeté sur les ombres,
      Un fleuve s’écoule,
      Pour rejoindre, bien plus loin,
      L’embouchure des horizons verts.

      Les pensées liquides,
      Se dissolvent, et se renvoient
      A tour de rôle,
      Le reflet de ton existence.

      Je crois savoir,
      Où mes songes te portent,
      Mais n’arrive plus à définir ton image.
      Elle est, avec celle des nuages,

      Entraînée par le courant,
      Et je l’imagine, bientôt,
      Voguant en pleine mer,
      Sous le frémissement des vagues.

      C’est une passerelle fragile,
      Le tissu léger de ton absence,
      Qui flotte entre deux eaux,
      Entre le rêve et le réel…

  2. Les amours sont éphémères et nous font souffrir. Tous nous le savons. Mais des paroles, des images restent au coeur pour nous grandir. On peut renaître aussi. Et nous avons plusieurs vies, en fait…Vie longue et bleue ,Marie.
    Il y a du bleu dans ta peinture. Tu vois bien. C’est la couleur du ciel après l’orage. Hervé

  3. Sable mouvant, émouvants mots posés ici accompagnés d’une toile où l’espoir est là.
    La douleur t’attire vers le fond, mais tu vas remonter, tu vas savoir sortir de cette ambiance qui te happe, tu vas te sentir à nouveau légère et sur la terre ferme, pour un jour à nouveau flotter au-dessus d’elle.
    Nous savons tous qu’il en est ainsi mais avant de remonter à terre, ça demande bien des efforts. Bats toi Marie pour ne plus toucher terre à nouveau.
    C’est le jeu cruel de l’amour. Dans sa phase “noire” on oublie combien sa face “lumineuse” est belle.
    Viens, remonte vers la chaleur du monde.
    Je t’embrasse Marie, bien amicalement.

  4. Au bout du tunnel, il y a toujours la lumière et de jolis chemins à emprunter….
    Ta toile est magnifique et j’aime beaucoup ta nouvelle présentation.
    Je t’embrasse, Marie.

  5. La déroute….quand à la croisée des chemins, on reste hagard sans savoir où regarder…..sans savoir où aller….
    Quand on voudrait regarder au loin parce que trop mal à l’âme….mais la peine est au creux du ventre….
    Pourquoi…la seule question qui vient à l’esprit.. qui hante…..
    Et si la douleur est si vive….c’est que les avants ont été si beaux..si intenses sûrement…
    Quand la douleur est une morsure….
    Tes mots transcendent d’émotions…. ta toile aussi….criant….
    Et beau changement de décors général.
    Mes amitiés

  6. Simple et triste…
    On existe par le souvenir.
    Le temps répare même si la météo actuelle n’aide pas.
    Mais même dans le mouvant, il y a le fond; alors garde de l’énergie pour donner le coup de pied pour remonter à la lumière !
    J’aurai bien aimé une tache de jaune éclatant dans ton tableau…
    Courage

  7. L’absence peu etre tellement omniprésente….
    envahir chaque instant…chaque pensées….

    mais rebondir tu saura le faire…et les ruisseaux et le soleil seront au rendez-vous…
    de tout coeur avec toi…

    Sorcière

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s