Les Beaux-Arts…(ENSBA)*

Je me souviens,

pour mon père, vouloir “faire les Beaux-Arts” équivalait à vouloir “faire le trottoir”,

en pire

puisque s’y collait cette absurde, jouissive, indécollable étiquette “artiste-gauchiste-inutile”

 

……

pourquoi ce soir ai-je envie d’écrire ce billet ?

sûrement parce que les chagrins enfouis ne s’effacent jamais

et que,

près de 40 années plus tard,

je reste amère et désespérée de ne  pas même avoir oser demander “faire les Beaux-Arts”

 

IMG_1297

 

 

*ENSBA: Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts

21 thoughts on “Les Beaux-Arts…(ENSBA)*

  1. Cette blessure, je la porte aussi. Nous fûmes trop timorés, tant pis ou tant mieux. C’est de l’Art Brut qui sort de toi. Quelque chose qui vient du fond de ton âme, et tu le dis avec urgence. L’émotion n’est pas que sujette au savoir. La provoquer chez autrui, c’est avoir compris bien des sortilèges, que nulle école, ( n’en déplaise à Harry Potter. ) ne pourra jamais enseigner, hormis celle de la vie.🙂

    • Bien sûr que tu as raison Bruno, n’empêche que….
      c’est un rêve qui n’a même pas eu la possibilité de s’envoler un peu…
      Bon, bien sûr, on fait avec comme disait ma grand-mère🙂

      merci pour ton com
      Je t’embrasse

  2. Les différents chemins que nous aurions pu prendre si …. nous avions osé…. nous en avions eu l’idée…. le courage…. moins d’œillères… des parents moins obtus, plus ouverts….
    Et tous les possibles ouverts par chacun de ces chemins.
    Et les possibles ouverts par tous ces possibles ouverts par chacun de ces chemins, routes, autoroutes, sentiers….
    Parfois les possibles d’un des chemins rejoignent d’autres possibles de chemins que nous n’avons pas pu, pas su emprunter.
    L’important c’est le voyage et les rencontres au hasard des croisées de chemins et des bords de routes.

  3. Trop souvent notre cheminement est balisé par autrui…. Tous des gens qui veulent pourtant notre bien. Mais tu sais quoi? Ton talent a su éclore. C’est indéniable! Les beaux-arts… sûrement que tu aurais su y puiser beaucoup. Plus de techniques tu aurais peut-être pu essayer, mais en étant artiste “libre” tu as peut-être plus exploré ton art… sans contrainte, sans balise. Qui sait ce qui aurait été le mieux. On s’interrogera toujours sur un rêve inexploré. Par contre ton cheminement aura fait celle que tu es… et celle-là nous partage des toiles fabuleuses…des œuvres qui parlent et ça je ne crois pas que ça s’apprenne. Je crois plutôt que ça se développe en laissant éclore son talent.
    Et tu sais pour les beaux-arts… il est indéniable que tu avais le talent pour les faire!

    Salutations sincères

    • Toujours d’accord avec Kleaude🙂
      Les projections de nos parents nous marquent si profondément, il est difficile de vivre avec leur désapprobation et les blessures, que nos désirs non réalisés ont laissé en nous sont profondes.
      Mais tu as fait mieux que les Beaux-Arts, Marie, tu t’es faite toute seule et sincèrement, si tu ne l’avais pas dit, je n’aurais fait aucune différence, sinon en mieux.
      Si les techniques s’acquièrent, le talent est inné et le tien est immense…
      Tu écris, tu exposes, nous t’admirons tant et tes œuvres nous font vibrer.
      Alors, laisse les vains regrets qui t’empoisonnent, regarde ce qui tu as accompli et sois fière ! Ton art, vient de tes “tripes”, ainsi que de ton cœur.. alors, le reste n’est qu’étiquettes illusoires…
      J’adore ce tableau, j’ai l’impression que tu y a mis tous les démons qui te rongent… en tout cas, j’y vois les miens🙂

  4. Marie, tu ne dois rien regretter, je pense que la vie est une succession de chemins, de routes, de rencontres comme une histoire tissée d’avance. Tu penses pouvoir choisir une autre voie et là tu aurais pu voir le mauvais côté de ce chemin. Dis toi que si tu as suivi le chemin que tu a pris (ou sur lequel on t’a un peu dirigé) c’est que c’était celui qui t’était destiné. A l’heure actuelle, tu exprimes ta vision, ton art de façon pure et naturelle et tu l’exprimes d’une belle façon. Amitiés.

  5. Maman avait fait les Beaux-Arts, la famille de mon père l’a accueillie comme une perle rare et puis l’a écrasée. Elle a payé le prix fort, ne plus vivre de sa peinture mais vivre en esclave de la retouche photographique. Elle en a été très malheureuse. Elle s’est isolée de nous ses enfants pour transformer sa peine en jardins d’Eden sur d’innombrables carnets. Il n’a pas été question pour moi non plus des Beaux-Arts. Mais Marie tu n’avais pas besoin d’eux, tes peintures sont magnifiques et elles sont toi, uniquement toi! Elle ne sont pas l’ombre d’un autre maître. Quant à moi, je peins aussi. Je te fais de grosses bises.

  6. Bonjour bleuemarie,
    Il est certain qu’il est complexe de cheminer à notre goût parfois les liens familiaux sont si fort, si lourd que voler de ses propres ailes et un acte d’héroisme.
    Pourtant il ne faut en vouloir à ceux-ci, ils ont fait ce qu’ils pensaient être bien pour vous , ils ont voulu vous protéger.
    Est-il vraiment trop tard pour accomplir votre rêve bleuemarie ?
    Bon week-end à vous

  7. Bonjour Marie
    Il y a plein de mystère dans cette peinture que tu nous donnes à voir…
    Je comprends cette mélancolie…L’injustice de certains propos que l’on n’oublie pas. J’ai vécu bien souvent une sorte de mépris qu’on oppose aux intellectuels. Je l’ai vécu aussi mal.
    La création est toujours suspecte.. Le efforts faits jamais pesés à leurs juste intensité….
    C’est ainsi…Tant pis !
    Bien amicalement Hervé

  8. Bonjour Marie, c’est avec émotion que je lis ton billet. Surtout ne regrette pas de t’être faite toute seule. Tu sais faire ressortir ce que tu ressens et cela est irremplaçable. Tes toiles nous font rêver.
    Vers mes 15 ans, je souhaitais faire décoratrice de mode, je n’ai pas pu car trop coûteux. Je souhaitais également commencer le piano vers mes 10 ans mais pas de place à la maison pour un piano (après discussion avec la directrice de l’école) et encore moins d’argent. J’en ai eu gros sur le coeur.
    Ton chemin est tout tracé et nous enchante. Continue Marie de nous émerveiller, j’aime beaucoup ta toile.
    Bien amicalement et bisous!

  9. De la même façon, je n’ai pas pu suivre la formation artistique de mon rêve , j’en ai d’abord nourri une certaine rancune et puis j’ai fini par comprendre que cela ne menait à rien et que la vie souriait d’abord à ceux qui lui sourient . Et comme ça, j’ai pu suivre les cours du soir aux Beaux-Arts plusieurs années de suite et ensuite , il y a eu les stages, les cours à droite à gauche et surtout, surtout la conviction enfin que plus rien ne m’empêcherait d’aller de l’avant , comme je l’entend , dans le domaine artistique de mon choix … alors … il faut tourner la page comme disait Nougaro et …non rien de rien, non , je ne regrette rien comme disait Piaf …

  10. Moi j’ai fait une école d’art et ce n’ai pas ce que j’aurais voulu faire. Pourtant j’ai vécu ces années comme un rêve merveilleux, mais un jour il faut se réveiller…

  11. J’ai mis du temps à le comprendre…Mais les parents sont là pour perdurer la société avec ce qu’elle a de bon et de travers aussi. Alors, on leur pardonne d’avoir été ses geoliers pour pouvoir se libérer…Je t’embrasse.

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s