La vague

“Homme libre, toujours tu chériras la mer!
La mer est ton miroir; tu contemples ton âme
Dans le déroulement infini de sa lame,
Et ton esprit n’est pas un gouffre moins amer.”

Charles Baudelaire

La vague - Encre, aquarelle et gouache sur papier - Marie Bötschi

Encre, aquarelle et gouache sur papier – Marie Bötschi

Ressac insensé,

tourbillonnantes journées

égarées et heureuses….

Je perce les silences

solitaire à jamais

liée à tous les vents

insouciante et anxieuse,

C’est tant mieux

grâce aux dieux

si la ronde nous inonde……..

et vivons plus heureux

27 thoughts on “La vague

  1. Ah la belle mer !… et le très belle peinture ! Je rentre ce soir at home, suis ds le sud avec quelques aminautes… un délice ! Photos suivront, mais re-départ mardi pour Athènes. J’espère que j’aurais le temps de te montrer ce que j’ai découvert puisque tu connais aussi…

  2. Je ne comprends pas, je ne reçois plus tes nouveaux articles bien que je sois abonnée chez toi …. WP fait des siennes !!! Alors me voici tout de même et pour te dire que cette aquarelle est vraiment une réussite, tu as du talent Marie ! Plein de bisous-douceur pour toi

  3. Impressionnant comme tu as su décrire et peindre ces sentiments face à la mer…face à son immensité… et la force.. la puissance dont elle sait imprégner celui qui sait regarder au loin .. au-delà des flots..à perte de vue.. vers sa liberté… L’eau….ressourcement ultime pour qui sait assumer sa solitude… tel un retour aux sources… un plongeon à l’intérieur de soi… pour ensuite mieux savoir vivre… et partager son entièreté….
    Tu as de si beaux talents….tes mots en témoignent…mais que dire de ta toile… il s’en dégage tant… J’aime beaucoup la force qui s’en dégage…. de la puissance brute e la vague….mais en même temps si subtile… bravo…pour ton talent… mais surtout pour le regard que tu sais porter sur la force et les beautés de la nature….

    Amitiés

  4. wow…

    C’est magnifique….

    toile et mots…….

    je vois et j’entend le ressac puissant en regardant ta toile …

    et tes mots me donnent cette grande bouffée d’air salin ….juste là ou on se sent seul et petit mais si incroyablement bien…

    .les yeux a l’horizon…la ou le ciel se couche dans l’eau…qu’il es bon de se perdre….tes mots agréablement me conduise sur ce chemin….

    Oui …assurément …vivre plus heureux….

    Merci …

    A tres bientot Marie …

    Sorcière

  5. C’est magnifique Marie. Ta vague est si belle sur la toile. Tu as su la peindre comme tu la ressentais.
    A mes yeux, elle représente force et douceur à la fois et tes mots sont magnifiques. Merci.

    Bon week-end Marie et amitiés.

  6. Petit chéri des dieux.
    Quand la brume s’estompe.
    Dessous le ciel est toujours bleu.
    Comblé.
    Qu’il est doux,alors,de se laisser porter.
    Par le vent.

    C’est l’écho de ta vague.
    Amitié

  7. WOW Marie …..

    Comme je t’ai souvent dit, tu m’a fait aimer les ” bleus ”…..je suis une grande fan de tes toiles de bleus …
    Et celle-ci vraiment, m’arrache frissons en une suite de chapelet….
    La beauté de l’eau par tes mains est sublimée ….!

    Merci Marie pour tant de beautés : mots et peintures……un mariage céleste …!

    Amitié
    Manouchka

  8. Bonjour Marie !

    On se sent submergé par ta peinture et tes mots ! Belle illustration de ce poème de Beaudelaire ! A quand l’illustration de “La vie antérieure” un poème que j’aime beaucoup … mais il y en a tant chez lui !

    Bonne journée !

    Pierre

  9. La mer complice de tous les temps
    Le bleu de ton talent
    Et des mots insouciants et anxieux
    appelant le désir d’être simplement plus heureux.
    Un univers qui m’est si familier mais si bien merveilleusement bien illustré ici en mots et couleurs.
    Bises

  10. Marie,
    je me suis laissé porter par ta toile
    c’est la premiere fois que j’écris sur une de tes création de peinture
    j’espère que je serais à la hauteur de ton talent…
    des bisous vers toi Marie

    Une Vague.

    La vague, aux remouds bleutés, s’envolent dans les airs,
    Pour s’abattre sur l’étendue salée, d’une onde en choc, se percutant.
    Une vague, peut se faire misère, lorsque de l’océan arrive le désert,
    Accrochant la souffrance, le claquement de l’iode se rapprochant, de la mâtine brume.
    La vague, comme une guerrière, prend la direction des opérations,
    Approchant de pied ferme la terre de sa blanche écume en légion.
    Une vague, s’en va en guerre, et souvent rebrousse le chemin
    Pour revenir encore plus forte, tel un sournois, un mesquin renard
    Terrassant les grains de sable asséchés, sur son brillant surf d’argent.
    La vague, aux remouds bleutés se jette sur la volumineuse,
    La grande prêtresse océanique, de lui faire comprendre, qu’elle est la force,
    D’en faire des allées et des venues, amenant le flux
    Et le reflux vers les grands territoires côtiers.

    Paul Andrews
    Écrit le 18/06/2012.

  11. Merci Marie d’être passée me lire..et d’avoir apprécié mon écrit
    Je découvre,( bien qu’étant déjà passée sur ton blog) tes jolis mots et peinture..
    Je peins aussi et j’apprécie d’autant plus ton beau travail, l’écriture et la peinture vont souvent de pair.

    Bise amicale

    Claudie

  12. Pingback: Une Vague. « G@ël LOAËC-P@ul Andrews (Blog 3)

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s